Sign up with your email address to be the first to know about new products, VIP offers, blog features & more.

Un bébé en vue : comment aider l’ainé à accueillir son cadet ?

L’arrivée d’un enfant crée tout un changement dans la famille. Les poussées d’hormones de maman, le ventre qui grossit, mais aussi de futures réorganisations au sein du ménage, car un bébé réclame beaucoup d’attentions. Aussi, l’aîné sentira forcément délaissé par ses parents, il appréhendera également l’arrivée de ce nouveau-venu. Comment l’aider à accueillir son futur petit-frère ou sa future petite sœur ? Lisez nos conseils.

Préparer psychologiquement l’aîné

Un futur bébé ne s’improvise pas tant pour la maman que pour son petit bout de chou qui a été depuis toujours le centre de ses attentions. Pour un enfant, devenir un aîné est une étape souvent rude. Il y aura des bouleversements et s’il n’a pas été préparé psychologiquement, il pourra ne pas s’en remettre. Verbalisez cet évènement, parlez-lui de bébé et des avantages d’avoir une sœur ou un petit frère, il ne le considèrera pas comme un extraterrestre lorsqu’il naîtra.

Rassurez l’enfant sur les changements

Parfois, il arrive que l’enfant devine l’état de grossesse de sa mère, sans qu’il en soit informé. La mère est de moins en moins disponible, plus stressée et forcément l’enfant capte un sentiment de désintérêt. Il s’inquiète de ces transformations si bien que l’on va aussi observer un changement de comportement chez lui, de l’agressivité, des questions qui fusent à propos de ce nouveau membre ou aussi de l’indifférence. Ne réagissez pas avec brutalité et surtout ne le forcez pas à aimer quelque chose qu’il n’a pas forcément demandé. Cherchez plutôt à s’adapter progressivement avec la situation, il comprendra avec le temps que le bébé ne lui a pas volé sa place.

Comment créer l’amitié fraternelle ?

Dans la fratrie, l’aîné peut se montrer dictateur, mais il peut aussi arriver que le cadet mène la vie dure à son grand-frère ou à sa grande sœur. La complicité entre frère et sœur n’arrive pas naturellement. Cela commence d’abord par le respect de chaque individu. Faites comprendre à vos enfants que vous n’avez pas de favori. Il faut également que chacun respecte le territoire de l’autre et ne laissez jamais trainer les confrontations entre deux enfants, au risque de créer un sentiment de frustration chez eux.

Pas de commentaire encore.

Qu'en pensez-vous ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *